En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

L'éclipse partielle de Soleil du 20 mars 2015

Par NABIL LAMRANI, publié le lundi 16 mars 2015 22:01 - Mis à jour le lundi 16 mars 2015 22:46

Les élèves de l'Atelier d'astronomie du Collège Claude Nougaro vous propose dans cette article de retrouver l'ensemble des documents qui vous ont été distribués en classe et des compléments en lien avec l'organisation de l'éclipse du 20 mars 2015.

 

Un rappel du planning de l'évènement si la météo est favorable : 

 

Quelques vidéos pour comprendre l'essentiel

 

Présentation du Phénomène

L'éclipse partielle de Soleil du vendredi 20 mars 2015 sera visible depuis l'ensemble de la France métropolitaine. Dans les Hautes-Pyrénées, le Soleil sera caché par la Lune à 69%, ce qui représentera un assombrissement assez remarquable. Cette éclipse sera totale sur une trajectoire allant du sud du Groenland au Pôle nord, en passant par les Îles Féroé et l'archipel du Svalbard (Spitzberg).

NB : Sur cette infographie, l'heure indiquée est l'heure GMT, il faut rajouter une heure pour avoir l'heure française.

 

Éclipses visible depuis la France

Les éclipses totales ou annulaires de Soleil sont un phénomène rare et observable seulement depuis des zones très limitées à la surface de la Terre. Ainsi, la prochaine éclipse totale visible depuis la France aura lieu le 3 septembre 2081 (ligne de centralité au nord de la France). La prochaine éclipse annulaire aura lieu le 5 novembre 2059 (visible depuis le sud-ouest de la France). Avant ces échéances, quelques éclipses partielles de Soleil seront visibles depuis la métropole. Avant ces échéances, quelques éclipses partielles de Soleil seront visibles depuis la métropole. Néanmoins aucune éclipse comparable à celle du mars (et observable pendant l'année scolaire) n'aura lieu avant 2028 (soit dans 13 ans) !

 

Circonstance de l’Eclipse du vendredi 20 mars 2015

Si la météo le permet, cette éclipse sera visible depuis le plateau sportif du Collège, le vendredi 20 mars 2015 et se déroulera sur toute la matinée. Dans les Hautes-Pyrénées, la Lune commencera à "grignoter" le disque solaire à 9h12 (heure légale). Ce dernier sera alors dans une direction est-sud-est à 22° au-dessus de l'horizon. Le degré d'obscuration du Soleil sera de 69% (maximum de l'éclipse) vers 10h17 (heure légale), dans la direction sud-est et à 32° au-dessus de l'horizon. Puis la Lune s'éloignera du centre du disque solaire jusque vers 11h28 (heure légale), moment de fin de l'éclipse (direction sud-sud-est, à 41° au-dessus de l'horizon).

Voici ci-après la simulation de l'éclipse (à l'aide du logiciel libre Stellarium disponible au collège et téléchargeable sur http://stellarium.org/) montrant son aspect toutes les demi-heures. Cet aspect reste globalement valable pour tout le grand sud-ouest de la France. A noter que c'est en Bretagne que le degré d'obscuration sera le plus fort pour la France, à 81.5%.

 

Connaissances sur les éclipses de Soleil

On désigne par éclipse de Soleil le phénomène lors duquel la Lune cache (en partie ou totalement) le Soleil. On devrait plus précisément parler d'occultation du Soleil par la Lune. Sur l’illustration ci-dessous, on distingue la zone d'ombre portée par la Lune qui se limite sur Terre à une petite surface (quelques dizaines à quelques centaines de km) d’où le Soleil se verra totalement occulté par la Lune (éclipse totale). En revanche, la Lune occultera seulement une partie du Soleil depuis une zone plus vaste nommée zone de pénombre (éclipse partielle). Enfin, depuis une partie de la Terre, le décalage Soleil-Lune sera tel qu'aucune éclipse, même partielle, ne sera visible.

Pour mieux comprendre, il est important d'appréhender les tailles et distances comparées du Soleil, de la Terre et de la Lune :

  • Distance Terre-Soleil (moyenne) : 149 597 871 km
  • Distance Terre-Lune (moyenne) : 383 398 km

 

On constate que la Lune est environ 400 fois plus petite que le Soleil, mais qu'elle est aussi environ 400 fois plus proche de nous que ne l'est le Soleil : cette configuration exceptionnelle nous fait percevoir l’image du Soleil de la même taille que celle de la Lune. On comprend donc que, sous certaines conditions, la Lune puisse cacher le disque solaire. 

Sur l'illustration ci-après, on montre les différents aspects d'éclipses de Soleil, vus depuis la Terre, selon différentes configurations Terre-Lune :

  • L'éclipse totale, vue depuis la zone d'ombre portée de la Lune (couronne solaire visible)
  • L'éclipse annulaire, lorsque la distance Terre-Lune est trop importante pour que l'ombre de la Lune atteigne la surface de la Terre.
  • L'éclipse partielle, vue depuis une zone de pénombre. Lors de toute éclipse totale ou annulaire, il y a forcément une phase partielle.

Notons que les échelles de tailles et de distances ne sont pas respectées sur ces illustrations.

 

 

Rappel de sécurité élémentaire

Lors d'une éclipse solaire il extrêmement dangereux de ne pas porter de lunettes spéciales pour la contempler. En effet, même si l'œil est capable de s'adapter aux rayons solaires par le jeu du myosis, cette protection naturelle est totalement insuffisante dans le cas d'une éclipse (comme cela est du reste insuffisant pour tenter de regarder le soleil en plein jour). L'exposition massive prolongée et intense entraîne des altérations de la cornée et de la rétine : 

  • EFFETS PHOTOCHIMIQUES : La lumière visible provoque des phénomènes oxydatifs. Les cellules de la rétine ne parviennent plus à éliminer l'excès de radicaux libres, ce qui provoque une rétinopathie photochimique. Quelques secondes d'exposition en plein soleil peuvent suffire à provoquer des altérations très graves.

 

  • EFFETS THERMIQUES : Ce sont les effets les plus dangereux, car ils sont dus aux rayons de la lumière visible mais également aux rayons infra-rouges. Il peut s'en suivre des phénomènes de coagulation de l'épithélium pigmentaire sur lequel reposent les cellules nerveuses réceptrices, que sont les cônes et les bâtonnets.  Cette brûlure entraîne la formation de zones rétiniennes aveugles. Le grand risque est que cela n'entraîne aucune douleur immédiate, car la rétine est dépourvue de nerfs sensitifs.

 

  • SYMPTOMES : Ce n'est que plusieurs heures ou jours plus tard que se manifestent une chute de l'acuité visuelle qui peut durer de façon prolongée, un scotome central ou para central, une impression de post-images durables, souvent associée à une vision rougeâtre de tous les objets.

 

  • EVOLUTION : Il est très difficile de porter un pronostic de ces lésions. Ce pronostic est cependant en rapport avec la durée d'exposition solaire non ou mal protégée. Il est parfois nécessaire de patienter plusieurs mois avant un retour à la normale. Parfois de très graves séquelles peuvent persister de façon définitive et cela est d'autant plus grave que ces séquelles sont bilatérales. Les sujets le plus à risque sont les enfants et les personnes opérées de la cataracte, les diabétiques, les hypertendus, et les sujets porteurs d'une très forte myopie.

 

L'observation de l'éclipse est surtout dangereuse avant et après le moment où elle est totale. Il est donc absolument indispensable de porter des lunettes spéciales lors de l'observation d'une éclipse (lunettes en mylar ou verres des soudeurs de grade supérieur à 12) cela dès le début du phénomène. Il ne faut pas utiliser des lunettes de soleil normales, même superposées, des pellicules photo noires ou de couleurs (exposées ou non), des radiographies, des disques compacts audio ou informatiques, une plaque de verre noircie à la flamme.

 

 

Sources :